Carnaval des Fleurs

| commentez

Cette semaine, en lieu et place d’anecdotes liées à un produit spécifique de notre cuisine et gastronomie, je prends la liberté de vous parler d’un évènement culturel en vous offrant un menu rempli de saveurs et rythmes musicaux d’Haïti.

La raison en est bien simple. Ce weekend écoulé nous avons célébré le Carnaval des Fleurs riche en danse, musique et défoulement. Tout comme notre carnaval traditionnel qui a lieu avant le carême, le Carnaval des Fleurs, instauré depuis trois ans, est notre festival musical de l’été, si je peux le décrire ainsi. Ces trois jours sont riches en couleur, créativité artistique et rythmes musicaux incluant le compas, notre musique traditionnelle, le “rasin” lié aux traditions du vaudou, et de variations que nous appelons le Rap Créole et le Rap & Ragga chez nous.

Une foule immense se réunit autour du Champs-de-Mars chaque jour durant trois jours pour un minimum de dix heures passées à regarder des parades et à danser au rythme de “raras” performant avec des instruments artisanaux, et de chars de groupes musicaux professionnels bien équipés et bondés de gens.

Le menu du Carnaval des Fleurs de cette année incluait:

  • trois chars allégoriques;
  • quelques bandes à pieds;
  • des troupes de danse et d’artistes portant des costumes colorés réalisés pour la circonstance;
  • et 12 chars musicaux

Ce menu serait incomplet sans une liste des aliments consommés durant ces trois jours. Dix heures passées debout ou à marcher dans une chaleur suffocante au milieu d’une foule de milliers de personnes à un festival ne peuvent tout de même avoir lieu sans une consommation excessive de boissons et de nourriture pour un regain d’énergie, n’êtes vous pas d’accord?

Vous imaginez bien que personne ne puisse vraiment survivre dix heures sans manger, surtout quand ces heures sont ponctuées de longues attentes. En effet, les chars musicaux arrivent par intermittence aux environs de 10h00 pm (si tout va bien) ou de 11h00pm et défilent jusqu’aux premières heures du matin. Cette année, le dernier jour, la fête a continué jusqu’à 6h-6h30 du matin. Je me demande encore comment ceux qui sont restés au Champs-de-Mars jusqu’à la fin ont survécu à une longue journée de travail. Au lit aux environs de 4h30am, j’avoue que je n’étais moi-même pas totalement fonctionnelle avant midi.

Pour en revenir à la nourriture, ces trois jours entrainent une alimentation plutôt déséquilibrée avec toutes sortes de combinaisons. De la chiquetaille de hareng (bientôt sur le blog), aux accras acras, bananes pesées et griots garnis de pikliz, marinades et autres, nous nous sommes tous empiffrés durant cette période sans oublier que bières, boissons au kleren ou au rhum, boissons bizarrement fluorescente et des combinaisons incluant un mélange de rhum et de boissons énergisantes supposés booster l’énergie, d’après certains – attention, ces mélanges peuvent être nocifs à votre santé – étaient également au rendez-vous.

Cette liste semble incomplète sans nos beignets traditionnels qui étaient plutôt absents de cette scènes musicale. Mais comme il s’agit en fait de gâteries liées à la période précédent le carême et donc au Mardi Gras, j’évite de trop me plaindre surtout que j’en mangerai certainement en abondance bientôt; dans moins de six mois en fait, le Carnaval ayant lieu les 25, 26 et 27 février prochains.

Ces trois jours de régime fous terminés, je m’en retourne à une alimentation plus équilibrée. Il est encore heureux qu’il ait fait aussi chaud, avec ça, je suis certaine d’avoir éliminé une grande partie des aliments consommés sur place.

J’espère que cette petite escapade dans notre culture musicale vous a plut et que vous reviendrez lire et explorer notre blog. Après tout, je ne me suis quand même pas trop éloignée de notre gastronomie. Enfin, je le souhaite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *