Cassave, snack aux milles préparations

| commentez

Kasav au petit déjeuner, Kasav au goûter, Kasav au lunch, Kasav comme casse-croûte… Kasav avec du beurre, du fromage, du beurre et du mamba (plus de détails concernant ce mélange de beurre dans un prochain article), du beurre et une chiquetaille de jambon, une farce de fromage…Pudding de Cassave…Rien que de la Kasav!

Du moins, c’est ce qui m’arrive ces derniers temps. Les kasav font partie de mon alimentation quotidienne depuis de nombreux mois, depuis ma découverte des kasav de Belladère pour être exacte. Je n’arrive même plus à me rappeler des mille et unes façons de les consommer.

Certains d’entre vous, vous demandez très certainement pourquoi je précise le nom de la ville de Belladère (centre d’Haïti, près de la frontière avec la République Dominicaine) pour parler des kasav vu qu’on en prépare ailleurs et qu’elles sont vendues un peu partout en Haïti.

En fait, les kasav de Belladère diffèrent de celles que je consommais jusque-là à Port-au-Prince. Elles se vendent emballées dans des feuilles de bananes et ressemblent à de petites serviettes souples et malléables.

Pour ceux qui ne connaissent pas la kasav (cassave en Français), il s’agit de minces galettes de manioc. Elles peuvent être salées ou sucrées au coco. Personnellement, je préfère la version salée. Celles vendues à Port-au-Prince sont habituellement croustillantes et ne peuvent être pliées sans se casser même sans avoir été préalablement réchauffées. Elles se vendent dans un sachet en plastique dans les supermarchés, et on en trouve des géantes au marché notamment à Fort-Jacques (dans les hauteurs de Port-au-Prince où j’ai grandi).

Par contre les kasav de Belladère ne se vendent pas complètement séchées, ce qui explique pourquoi ces kasav fraiches sont si malléables. Elles doivent cependant être séchées à l’air frais pour une plus longue conservation. Autrement elles deviennent immangeables comme ce fut le cas de notre premier lot de kasav. En effet, la première fois que mon oncle nous en a ramenées de Belladère, nous étions si fascinés par l’emballage de feuilles de bananes que nous avons omis de les sortir du paquet, ce qui nous a valu des kasav pleines de moisissures. Depuis nous les laissons à l’air frais dans un plateau. Elles deviennent croustillantes avec le temps, mais nous les consommons à un rythme si accéléré qu’il nous arrive rarement de nous retrouver avec des kasav croustillantes.

Les kasav sont un snack rapide, et celles de Belladère pouvant être facilement pliées sous forme de sandwich, peuvent se manger de différentes manières. Vous y ajoutez la garniture de votre choix. Il vous suffit de les passer au four jusqu’à les rendre croustillantes, en prenant soin d’ajouter votre garniture avant ou après selon votre préférence. Moi par exemple, j’ajoute la chiquetaille ou le beurre et mamba mentionnés plus haut sur la kasav chaude et croustillante alors que je ferai fondre du fromage sur la kasav.

Je pourrais continuer à vous décrire les différentes garnitures possibles, mais maintenant à vous de jouer. Comment mangeriez-vous les kasav ? Et si vous n’en avez jamais mangé, laissez vous tenter. A ce qu’on dit elles sont bien meilleures pour la santé que le pain. Le compagnon idéal d’un régime, si vous me le demandez.

Avec tant de choix, qu’attendez-vous pour en essayer ? Surtout que vous pouvez manger des kasav à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *