Une douce escapade

| 4 commentaires

Le contenu de cette assiette me ramène à l’esprit les doux souvenirs de sachets en papier marron que nous rapportait mon père du centre ville lorsqu’il se rendait au Portail Saint Joseph, aux alentours du Marché Tête Bœuf.

Des sachets marron pourquoi? Simplement parce qu’ils annonçaient l’arrivée de ces gâteries sucrées. Ils contenaient toutes sortes de douces et de tablettes dont les dous lèt (au lait), tablèt pistaches, tablèt noix, dous pistach (cacahuètes), tablèt roroli (grains de sésame), kòk graje (coco râpé) et autres gâteries illustrées en grande majorité dans l’assiette ci-dessous.

Ces sucreries arrivaient souvent mélangées dans le seul et même grand sachet, ou séparées l’une de l’autre dans des petits sachets additionnels ce qui permettait d’éviter qu’elles ne se collent l’un à l’autre ce qui était souvent le cas sous notre chaud soleil de la Caraïbe.

doucetablettehaiti

Nous ouvrions toujours immédiatement le paquet pour nous assurer que nous y trouvions «notre» dous ou tablette à nous, car nous avions chacun notre préférée. En général, nous étions tous contents car il y en avait assez pour satisfaire notre appétit. Les rares fois où une moue se dessinait sur notre visage, la raison en était simplement que nous trouvions le compte inéquitable ou qu’une saveur avait plus de morceaux que l’autre.

Moi je préférais les dous lèt que je mangeais doucement pour profiter pleinement du morceau qui m’était attribué. Je dois dire que je le grattais plutôt avec mes dents au lieu de le mordre et laissait tout fondre dans ma bouche pour faire durer le plaisir. On appelle cela « fè lasisine » chez nous. Je le faisais avec tant de précision que l’on retrouvait souvent mon empreinte dentaire sur mon morceau à moi. Je crois que je le faisais exprès pour être sûre de retrouver ma douce à moi si je ne la mangeais pas d’un coup.

Une fois mon stock épuisé, je m’en prenais aux tablettes aux noix et parfois au kòk graje qui n’est malheureusement pas dans la photo car je n’en ai pas trouvé cette fois-ci. Si ma mémoire ne me fait défaut, les tablettes aux noix étaient les préférées de ma sœur et de mère qui détachait chaque noix une à une, ôtant un peu du sucre qui les soudait entre elles, car elles étaient un peu trop sucrées à son goût.

Moi, je grignotais de chacune des douces ou tablettes pour satisfaire mon appétit une fois mon stock préféré écoulé. La seule douce que j’évitais à coup sûr était la tablette roroli ou tablette aux grains de sésame que je n’aimais pas.

Pour ceux qui ne le savent pas, les douces et tablettes sont en général à base de fruit ou noix, sauf mes douces au lait, cuits dans du sirop. Le nom douces ou tablette dépend de la façon d’utiliser le fruit. Les douces se font avec le jus alors que les tablettes sont faites de morceaux ou de lamelles de fruits ou encore du fruit râpé.

Les fruits et noix les plus utilisés pour ces préparations sont l’ananas, le coco, les noix, les pistaches (cacahuètes) et le roroli (grains de sésame).

Je vous laisse une courte liste qui n’est pas forcément complète espérant que mes lecteurs haïtiens l’étofferont de leurs douces ou tablettes préférées tout en vous promettant de partager bientôt la recette de mon arrière grand-mère qui d’après ma mère faisait les meilleures douces qu’elle n’ait jamais mangées. Elle les appelle avec affection « dous manmie ».

A base de coco: dous kokoye, tablèt kokoye, kokoye ak anana (coco et ananas), kòk graje (coco râpé). Il existe différentes tablèt kokoye comme l’illustre la photo. Cette différence vient du sirop et aussi du lait qui, ajouté au mélange, donne un goût différent.

A base d’ananas: dous anana (ananas), kokoye ak anana (coco et ananas)

A base de noix: tablèt noix (noix), tablèt pistach (cacahuètes), dous pistach, tablèt roroli (grains de sésame)

Milk based: dous lèt, dous makòs (à base de lait concentré, cette douce originaire de Petit-Goâve a cinq couches aux couleurs et saveurs différentes dont le chocolat).

A bientôt !

4 Comments:

  1. Missmo

    Cet article me ramène inévitablement quelques années en arrière et je pense qu’on faisait tous un peu « lasisine » avec ces douceurs. J’avais oublié certaines comme la dous pistache. On trouve certaines de ces douceurs ici parce que nos cultures sont assez proches quand même mais je pense rien ne vaut les douceurs de « lakay ». Merci pour ce petit retour en arrière.

  2. Eveny

    I can’t wait for the recipes. I’m so excited. When ever my uncle would come to visit us from haiti he’d bring us a lot of these « goodies » I never knew what they were called and I’ve always wanted to know how to make them. Keep up the Good work and Thank you so much, I think I can say for all haitians and non-haitians we truely appreciate you hard work. 🙂

  3. Daniel Gietz

    We do mission work in Les Cayes and Ile-a-Vache. Enjoyed the treats and want to make here, to share with friends

    1. annick says: Post author

      That’s amazing Daniel! I would love to know how you like it once you try making it. I’m sure you can probably get some locals to help you prepare them too. Do let em know 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *