Du cacao au chocolat pays

| 4 commentaires

Cet article a été publié pour la première fois le 12 novembre 2014.  La mise à jour inclut de nouvelles photos.  

Le temps a la mauvaise – ou bonne manie? – d’influencer les désirs de nos papilles. Quand il fait chaud, tout naturellement, je ne peux m’empêcher de vouloir un fresco, par contre quand le temps est pluvieux et froid, je ne veux qu’une boisson chaude et crémeuse.

Avec l’arrivée du temps d’hiver – je m’excuse de parler de saison quand nous n’en avons pas vraiment dans la Caraïbe – nous n’avons que des jours sombres et un peu trop frais, pour ne pas dire froids au risque d’insulter ceux qui vivent l’hiver, à mon goût. Hier en particulier, alors que je regardais le ciel gris et ensuite le brouillard tout prendre autour de la maison, je ne pensais qu’à rejoindre mes draps avec une bonne tasse de chocolat chaud et la pluie comme musique de fond.

Fort heureusement, j’ai eu la chance, il y a quelques semaines, d’assister à la transformation de notre cacao local en boules de chocolat non-raffiné, connu chez nous sous le nom de chokola peyi, et ai donc du chocolat à ma disposition.

Sachant que certains d’entre vous vivent déjà le vrai hiver, ou le vivront bientôt, je partage avec vous cette aventure chocolatée en espérant qu’elle vous apportera un peu de chaleur où que vous soyez.

Je vous prie de noter qu’il s’agit véritablement d’une version fait-maison et que par conséquent les accessoires utilisés sont plutôt traditionnels.

Le chokola peyi ou chocolat à l’haïtienne en six étapes

  1. Séchage: les graines sont extraites du cacao mûr, de couleur jaunâtre, et sont mises à sécher à l’air sur une surface plane.Cocoa, the fruit which beans are turned into chocolate. | tchakayiti.com
  2. Torréfaction: les grains séchés, maintenant de couleur foncée, sont grillés jusqu’à ce que la coque extérieure – à ma grande surprise une fine membrane est attachée aux grains de cacao, comme chez les pistaches – commence à se détacher et les grains à se fissurer.
  3. Refroidissement & Epluchage: on laisse refroidir les grains de cacao grillés pour ensuite les éplucher.
  4. Double passage au moulin: les fèves pelées sont broyées deux fois au moulin. La première étape les réduit en une poudre et la seconde libère la graisse du cacao ce qui transforme la poudre préalablement obtenue en une pâte malléable.Believe it or not, these are roasted cocoa beans, the first step in the chocolate making process. | tchakayiti.com
  5. Emballage en boule: la pâte obtenue est ensuite roulée en boules qui seront emballées dans des feuilles de bananes. A noter que dans ce cas-ci des feuilles de cacaoyer ont été utilisées.
  6. Conservation: avec le temps, ces boules sècheront et donneront les boules dures de chokola peyi qui ont apparemment une longue conservation lorsqu’ils sont dans un lieu sec. En province, ils le conservent dans ce qu’ils appellent galata, mais, n’en ayant pas chez moi, je conserve les miens dans un récipient hermétique.These chocolate balls are made from scratch in Haiti. Read the blog to learn how cocoa is turned into chocolate the artisan way. | tchakayiti.com

Et voilà, nous avons maintenant assez de chocolat à l’haïtienne pour survivre le froid de l’hiver. J’espère que vous aimez votre chocolat noir et amer car c’est ce que vous obtiendrez lorsque vous fondrez ces boules de chokola peyi agrémentées d’épices douces dans du lait bouillant.

4 Comments:

  1. Martine Romain Megie

    Te voila en agro-industrie version artisanale. C’est enrichissant de noter les differentes etapes de la fabrication du chocolat peyi.

  2. MISSMO

    J’ai testé la transformation il y a quelque temps mais c’était pour faire du beurre de cacao que j’utilise dans mes cosmétiques home made (photo sur mon blog) . Mais la prochaine fois ce sera pour le déguster. Merci pour le retour d’expérience.

  3. Missmo

    Malheureusement non. Je ne savais pas trop si ça allait fonctionner ou pas vu que je n’avais pas de marche à suivre. J’ai juste décidé de suivre le même processus que la fabrication de l’huile de karapate (mascréti en Haïti) et l’huile de coco à chaud. Et ça a marché. La prochaine fois j’en prendrai certainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *