Quel goût a l’eau de cuisson du riz?

| 6 commentaires

Et oui, le riz est de retour sur le blog. Vous ne pensiez tout de même pas que je vous laisserais avec votre bol de sòs pwa sans riz!

Vous devez certainement vous demander ce que je pourrais bien vous raconter de plus sur ces céréales vu que je vous ai déjà parlé de l’amour de mes compatriotes pour le riz et des espiègleries d’un grand cousin amateur de gratin.

Aujourd’hui, nous nous faufilons une fois de plus dans une cuisine, mais cette fois, ce sera pour regarder une fillette soulever le couvercle d’une casserole de riz mijotant sur le feu. Contrairement à son grand cousin, elle n’y ajoute pas quelques gouttes d’huile ; elle prétend vouloir simplement vérifier que l’eau de cuisson est bien relevée.

Pour ce faire, elle s’arme d’une énorme cuillère de cuisine qu’elle remplit raz le bord du liquide bouillant dans lequel mijote le riz du jour. Elle avale plusieurs cuillerées de ce liquide d’une traite jusqu’à se faire réprimander.

Vous devez maintenant comprendre qu’elle ne fait pas que goûter l’eau de cuisson du riz ! En fait, tenez vous bien, cette fillette, qui n’est autre que moi, était friande de l’eau de cuisson du riz, ou dlo diri comme je l’appelais si bien.

A chaque visite chez ma grand-mère, je me faufilais effectivement dans la cuisine avec la complicité de la cuisinière d’alors qui, pour son grand malheur, m’avait donné le goût du dlo diri (eau de cuisson du riz).

Pour son grand malheur car j’en réclamais à tous les coups et refusais de me contenter d’une seule cuillerée. Je pense même lui avoir demandé une petite tasse d’eau de riz à maintes reprises à son grand désespoir. Elle essayait à tous les coups de me convaincre à force de mots que si j’en prenais autant, je gâcherais la cuisson du riz en ne laissant pas assez de liquide pour que les grains gonflent suffisamment, ce à quoi je répondais tout naturellement qu’elle n’avait qu’à mettre plus d’eau !

En fait, la première fois qu’elle m’en avait offert, elle voulait simplement m’aider à satisfaire ma curiosité. L’ayant vu plusieurs fois goûter l’eau de cuisson après y avoir mis le riz, j’avais voulu en faire autant et c’est ainsi qu’est né mon amour de l’eau de cuisson de riz. Au fait, elle en prenait quelques gouttes pour s’assurer que son riz serait bien épicé et moi j’en faisais autant parce qu’il était toujours bien épicé. Son dlo diri que j’aimais tant avait toujours la bonne dose de sel, un petit goût de l’amidon se détachant du riz en cuisson agrémenté de poireaux et peut-être d’ail frais si ma mémoire ne me fait défaut.

A vous décrire ces saveurs, j’en prendrais bien un peu de son dlo diri…

Entre les pois mi-cuits et mon dlo diri, j’ai des goûts bien bizarres me direz-vous. Avant d’en venir à cette conclusion à mon sujet, je vous encourage à goûter à l’eau de cuisson de votre riz après y avoir ajouté le riz la prochaine fois que vous essaierez de préparer votre riz blanc à l’haïtienne.

Cette méthode de préparation du riz que je partage avec vous me vient d’une amie étrangère qui croyait que le riz se préparait comme les pâtes et qu’il fallait donc le passer à la passoire. Elle dit que cette version simplifiée lui a finalement permis de comprendre comment le préparer. N’hésitez pas si vous avez vous aussi des questions.

Ingredients

  • 1 part de riz blanc
  • 1 1/2 part d’eau
  • Sel
  • Poireau
  • Ail frais
  • Huile

Instructions

  1. Faites bouillir l’eau avec un peu de sel, une tête d’ail entière, une tige de poireau et un peu d’huile
  2. Ajoutez le riz à l’eau bouillante et cuire à découvert jusqu’à ce que des sillons se dessinent entre les grains de riz
  3. Recouvrez la casserole hermétiquement et laisser cuire à feu doux pendant 15 à 20 minutes
  4. Une fois votre riz crevé (cuit) séparez les grains avec une fourchette, enlevez l’ail et le poireau et servez avec des pois
  5. Ne négligez surtout pas le gratin collé au fond de la casserole

6 Comments:

  1. Martine Romain Megie

    Je revois bien notre chere Elimene dans sa cuisine et t’offrant, comme elle l’avait, bien de longues annees avant fait avec nous alors que nous etions petits, une cuillere de son dlo du riz ou une cuillere de sa marinade. C’etait a mon avis, sa facon de nous initier a la bonne cuisine haitienne dont elle avait bien des secrets.

  2. Roseline

    This blog article had me on the floor laughing 🙂 I honestly thought I was the only one on this WORLD who would keep « tasting » the rice water as it was cooking. I tell you my mother makes the best rice in the world!!! That garlic she would add in, oooohhh my, my, my….. To me, it really doesn’t make a difference what flavor of rice is cooking….. it still tastes good!

    Dlo diri tanpri 🙂

    Love your blog

    1. annick says: Post author

      loool Roseline, your comment made me smile. Happy to know there are happy readers out there who enjoy reading me!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *