Kalbasik, graines sûres

| 4 commentaires

Ce fruit ne saurait se manger en l’absence d’une porte. Du moins telle était la rumeur lorsque j’étais enfant. Nous nous amusions à écraser ces petits fruits en les introduisant à l’embrasure d’une porte que nous refermions pour pouvoir en déguster la chair et les graines noires sûres.

Si vous avez vécu en Haïti vous avez sans doute eu ces petits plaisirs d’enfance et connaissez ce fruit connu chez nous sous le nom de « kalbasik ». Les kalbasik sont de petits fruits verts à coque très dure qui ressemblent à des calebasses miniatures avec la différence bien sûr que les kalbasik sont comestibles.

Les kalbasik, lorsque j’étais petite, nous les achetions sur la route lors de nos éternelles marches de Fort-Jacques à Kenscoff. Je me rappelle encore l’emplacement exact de la marchande, à environ une trentaine de minutes à pied, pour nos petites jambes courtes d’enfants, du commissariat de Kenscoff. Nous saluions la marchande en cours de route et récupérions notre sachet de kalbasik sur le chemin du retour. A notre arrivée à la maison, environ une heure plus tard, nous nous amassions près de la porte de la salle à manger pour les écraser. Nous étions si impatients que parfois nous essayions d’en écraser plusieurs d’un coup à l’embrasure de la porte, ce qui n’était pas évident pour nos petites mains non encore expertes. Un véritable exercice de patience pour enfants.

Aujourd’hui, je me demande encore si l’embrasure d’une porte est l’unique façon de les ouvrir. J’en doute fort. Mais il s’agit certainement de la méthode la plus facile d’ouvrir ces petits fruits à la coque si dure. Vous me demanderez certainement pourquoi je n’essaie pas une autre méthode. C’est une si grande joie pour moi de répéter ces petits gestes d’enfant que je n’oserais pas…

Chers lecteurs si un jour vous trouvez des kalbasik, n’hésitez pas à en ramener avec vous et à les ouvrir à la première embrasure que vous rencontrerez. Vous ne le regretterez pas. Attention, pas trop de force en poussant la porte, sinon vous risquez de trop écraser ce fruit et de perdre ainsi les nombreux petits grains noirs prisonniers de la délicieuse chair.

4 Comments:

  1. Nicole Tassy Ravix

    A travers tes ecrits, je constate que tu as eu une enfance heureuse. Merci de partager tes souvenirs et merci aussi de nous rappeler, certaines recettes haitiennes, certains petits details que seuls les haitiens pourront comprendre et apprecier. Compliments a partager avec les parents. Keep on the good job, dearest…

    1. annick says: Post author

      Aucune idée, nous n’avons jamais tenté de les faire pousser chez nous. Je me demande si Wynn Farm ne saurait pas. Beaucoup de nos arbres fruitiers viennent de leur ferme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *