Les Haïtiens et le riz

| 3 commentaires

Je n’oublierai jamais mes conversations avec mes amis étrangers à l’heure du diner alors que j’étudiais aux Etats-Unis. Rien qu’à m’approcher des comptoirs de service où je me servais de viandes, pommes de terre, salade et riz, je savais que je recevrais un sermon de tous mes compagnons de table aussitôt que je déposerais mon plat. Ils n’approuveraient certainement pas mes combinaisons de mets.

En effet, mes amis étrangers avaient du mal à comprendre que je mangeais de tout en même temps et surtout que je n’hésitais pas à mélanger pommes de terre et riz. Quand le riz était au menu, ce qui fort heureusement arrivait assez souvent dans notre cafétéria – vous comprendrez mon utilisation du terme fort heureusement sous peu – mon repas était presque toujours ponctué de commentaires du genre:

« tu ne devrais pas mélanger deux amidons; » « ce n’est pas bon pour la santé ; », « deux amidons au même repas te feront grossir; » commentaires auxquels je répondais:

« a-mi-d-quoi ???… En Haïti, nous n’analysons pas la composition des mets servis à table. Tout ce que je sais c’est que je dois absolument manger mon riz, des pommes de terres – quand il n’y a pas de bananes – de la salade, un gratiné si c’est un dimanche, et définitivement du riz pour que mon estomac soit content ! »

Le riz, je le mentionnais deux fois intentionnellement.

Aujourd’hui, je revois encore leurs regards surpris à entendre cette longue liste, et surtout le mot riz qui y figurait quelque soit les plats l’accompagnant.

Voyez-vous, nous les Haïtiens nous ne pouvons simplement pas manger sans riz. Un repas sans une ou deux cuillerées de riz est carrément incomplet. Ceux d’entre nous qui ne sont pas fans du riz le savent bien; il leur faut en manger pour que leur estomac soit bien rempli. Que notre menu soit « riche » – comme le diraient quelques-uns de mes amis étrangers, – ou pas, le riz sera toujours inclus sous une forme ou une autre.

Nous en mangeons en effet de différentes façons. Notre diri blan ak sòs pwa figure au menu du lundi au vendredi; notre diri kole ou notre riz national, dont je partagerai bientôt la recette avec vous, accompagne nos menus plus élaborés du Dimanche; et le riz djondjon remplace souvent le diri kole et est presque toujours au menu de nos dîners formels, comme je le mentionne dans mon article Banm Gratin Diri Djondjon… parlant de ce champignon typique de notre terroir.

Je dois préciser que nous avons aussi différentes variétés de riz dont certaines sont produites localement au Bas Artibonite et à l’Estère (Nord-Ouest d’Haïti). Parmi ces variétés je peux citer le riz blanc et ses variations incluant le TCS, le riz La Crête, ainsi que le riz jaune et le riz Sheila, utilisés le plus souvent le dimanche. Je sais que aimeriez en savoir plus sur chacune de ces variétés. Je promets de partager plus de détails sur le blog dans le futur, à la seule condition que vous continuiez de me lire ☺

Avec toutes ces variétés et préparations du riz, le riz fait définitivement partie intégrante de notre menu de tous les jours. Et je ne doute pas que notre amour du riz vous surprenne autant qu’il avait surpris mes amis universitaires.

Ces dernières lignes me mettent un sourire aux lèvres. J’imagine leur regard désapprobateur à lire cet article. Au cas où l’un d’entre eux s’aventurerait sur le blog, je termine cet article en disant simplement que maintenant que je suis de retour chez moi en Haïti, je mange encore ma portion quotidienne de riz, et que j’arrive malgré tout à éviter les « 15 livres d’étudiant en première année » (aux Etats-Unis, il est entendu que tout étudiant en première année gagne 15 livres ou plus le premier semestre).

Un dernier secret, je mange parfois du riz deux fois par jour, les restes à l’heure du lunch et du riz fraichement cuit au diner.

3 Comments:

  1. MISSMO

    C’est un plaisir de vous lire. Moi j’adore le riz et je le revendique. J’essaie de suivre les conseils de nutritionnistes français et guadeloupéens sur le sujet de bien mangé, mais franchement j’ai du mal à me passer de riz. Effectivement ils disent (et ils ont certainement raison) qu’il ne faut pas mélanger deux féculents (amidons). Hier encore quelqu’un me le disait alors que je dégustais un bon riz blanc, consommé de lentilles (je ne sais pas s’il y a ça en Haïti) et légumes acheté, je vous le donne en mille…. dans un restaurant haïtien bien sûr.

    Quand j’essaie de suivre les consignes en me faisant que des légumes un peu à la française avec un peu de viande, je ne peux m’empêcher de mettre 2 cuillères de riz (cuillère à soupe) à côté. Et franchement, si avec l’âge j’ai pris quelques kilos, je reste quand même assez mince. Alors vive le riz.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *