Des mangues à n’en plus finir…

| 3 commentaires

Mango kòn, mango fransik, mango tòtòt…mango kanèl, mango muska, mango baptiste, mango blan….

Et oui, pour ceux qui ne l’ont pas encore compris, c’est la saison des mangues chez nous!

La liste figurant plus haut est celle des noms donnés à quelques mangues de notre terroir. Il s’agit certainement d’une liste incomplète de ces fruits qui enchanteront le palais de plus d’uns dans les semaines à venir.

Une saison de pures joies gustatives, ne pensez-vous pas ?

Je suis moi même enchantée à l’idée de savourer ces fruits et tout particulièrement les mangues baptistes. Ces mangues légèrement sucrées illustrées plus haut ont toujours été mes préférées. Durant mon enfance, mon père nous en ramenait des douzaines de La Plaine.

Je me rappelle encore nos moments de tête à tête autour de la table. Il prenait le temps d’éplucher une mangue – mes doigts maladroits ne maitrisaient pas bien le couteau – et de la couper en fines lamelles qu’il me tendait de la pointe du couteau. J’étais toujours contente de recevoir ces fines tranches qui me donnaient l’illusion d’avoir plus de fruit à manger. A bien réfléchir, mon père les coupait surement de cette manière pour en avoir plus surtout qu’il savait que je m’arrêterais d’en manger une fois qu’il se rapprocherait du noyau.

Je ne mange en effet pas mes mangues jusqu’au bout. Maniaque sur les bords, je n’aime pas trop l’idée de me salir les mains de jus de fruit. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles j’aime autant les mangues baptistes. La chair de ces mangues est si ferme qu’elle peut être coupée en morceau sans libérer de jus, contrairement à d’autres variétés de ce fruit.

Je n’ai toujours pas trouvé de mangue qui soit aussi ferme que mes mangues baptistes chez nous. J’avoue cependant n‘avoir pas encore essayé toutes les variétés listées plus haut.

Je vais tenter d’y remédier. Cette année, un des mes objectifs est aussi de partir à la découverte de nouvelles mangues et de les partager avec vous. Je tenterai de vous décrire au moins trois variétés sur les comptes Twitter et Instagram du blog.

Il vous faudra attendre l’an prochain pour en découvrir plus. Vous aurez donc une raison de plus de continuer à me lire jusqu’à la saison prochaine 😉

3 Comments:

  1. Martine Romain Megie

    En plus de la liste des mangues, il faudra ajouter celle des autres fruits de l’ete qui agrementent les grandes vacances des ecoliers haitiens. Ainsi j’aurai la joie de voir defiler devant toutes les joies que j’ai eues enfant a les deguster.

  2. MISSMO

    Je ne me rappelle malheureusement pas toutes ces variétés de mangues sauf la « francik » et la « blanc ».

    Je me rappelle d’ailleurs il y a environ deux ans, une amie guadeloupéenne m’envoie une photo sur ma page facebook me demandant si je connaissais la mangue qui était en photo et dans l’arbre en plus. Je n’en croyais pas mes yeux. On dirait un « mango blan ». Ça faisait presque 30 ans que j’en avais pas mangés. Et qu’il y ait cette variété en Guadeloupe me paraissait irréel.

    C’était pourtant bien ça. Une dame haïtienne proche de sa famille avait gentiment planté ce manguier. Et c’était la première année qu’il portait des fruits. Les animaux avaient malheureusement mangé les fruits mais elle avait réussi à me sauver une mangue. On ne pouvait me faire un plus beau cadeau. Je crois que je n’ai jamais été aussi heureuse de manger une mangue.

    J’ai découvert par la suite qu’il y avait quelques « pié mango blan » en Guadeloupe certainement plantés par des haïtiens, que même une bonne amie haïtienne avait un chez elle, parce que cette variété comme presque toutes celles citées dans l’article ne sont pas connues ici.

    Merci de nous remettre en mémoire des souvenirs presque disparus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *