Breadfruit, aka lam veritab in Haiti, is a versatile fruit. We eat it boiled, fried, pureed, as croquettes and so much more. Find out about it on the blog. | tchakayiti.com

Lame Veritable, cauchemar d’enfant

| 2 commentaires

Petits, alors que nous étions encore au jardin d’enfant, nous avions en horreur un fruit que nous retrouvions sur la cour de recréation et que nous appelions le « tata boulette ». Notre pire cauchemar était de piétiner un « tata boulette » qui, pourri et devenu marron après être tombé de l’arbre, restait collé à nos chaussures et dégageait une odeur nauséabonde.

La “victime” du tata boulette s’empressait de se frotter les pieds sur le sol en espérant que personne n’aurait été témoin de sa mésaventure car, autrement, elle devenait victime de ses camarades qui disaient avec dégoût « wouch tu as piétiné un tata boulette » et s’empressaient d’avertir les autres qui se mettaient aussi de la partie.

Ce que nous ignorions à ce si jeune âge est qu’en fait le « tata boulette» était un fruit, ou plutôt une vivre alimentaire, comme nous disons si bien chez nous, connu dans notre cuisine locale sous le nom de « lam veritabl» « lame » ou simplement « veritab ».

Breadfruit, aka lam veritab in Haiti, is a versatile fruit. We eat it boiled, fried, pureed, as croquettes and so much more. Find out about it on the blog. | tchakayiti.com

La « lam veritab » provient de l’arbre véritable, de son nom exact « arbre à pain »

A ne pas confondre avec le fruit que nous appelons en Haïti arbre à pain ou labapin. La lam, toujours verte lorsqu’elle est à point, se mange habituellement bouillie, pressée comme de la banane ou frite en « accordéon ».

L’accordéon s’obtient en coupant le fruit en lamelles que l’on fait frire à l’huile chaude après les avoir trempées dans une eau salée. Il se mange surtout avec d’autres fritures. En famille nous le dégustions autrefois avec du sang de cabri frais fricassé que je vous décrirai dans un prochain article.

Dans le sud du pays, la préparation typique du veritab est le « tomtom », sorte de pâte de veritab mélangée avec du calalou. La tradition veut que le tomtom s’avale sans être mâché, ce pour éviter le gluant du calalou.

De nos jours, la lam veritab se déguste également en purée, en bouillie, gratinée, en croquettes (boulettes de morue), pressées comme nos bananes pesées, en gâteau et même en jus.

These pressed veritab aka breadfruit tostones make a great snack, appetizer or side dish. Eat them with a spicy slaw, or simply with salt sprinkled on top. | tchakayiti.com

Personnellement, je préfère la version pressée car le veritab en sort moins croustillant que l’accordéon qui est pourtant plus populaire chez nous. Le veritab est coupé en petits morceaux qui, tout comme nos bananes pesées, subissent une première friture jusqu’à ce qu’ils se revêtissent d’une fine fibre croustillante pour ensuite être aplatis avec un presse banane et replongés dans l’huile chaude qui les rend croustillants extérieurement tout en gardant l’intérieur moelleux.

Qui aurait cru que des années plus tard je raffolerais du fameux « tata boulette » qui m’avait rendu si malheureuse durant ma petite enfance? J’aurais certainement été la dernière à le croire à l’époque.

2 Comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *